Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Un projet ambitieux : améliorer significativement les méthodes de revision budgétaire

Un projet ambitieux : améliorer significativement les méthodes de revision budgétaire

Le Dimanche 1 juin 2014

Une équipe dont j’ai assuré la direction pendant 20 mois a entrepris de réaliser un modèle de simulation budgétaire qui couvre l’ensemble de l’activité hospitalière (les produits, les charges et le financement).

Nous avons cherché à construire un outil capable d’établir le budget (EPRD) et le reporting d’un établissement de soins en respectant les principales règles de bonnes pratiques internationales :

- les produits d’activité seront prévus par mois par les équipes au contact des patients. On évitera de prévoir une activité annuelle que l’on divisera par douze pour obtenir une activité mensuelle.

- les ressources seront prévues mensuellement en fonction des produits. Les consommations de consommables seront prévues en fonction du mix produit et de standards de consommation.

- Les flux financiers découleront de prévisions mensuelles et non d’une prévision annuelle divisée par douze. Ils se décomposeront en flux d’exploitation, d’investissement et de financement. Ces flux devront être analysés et expliqués mois après mois.

- Le processus budgétaire utilisera des outils de simulation intégrant les produits, les charges et le financement de l’année n+1. Il n’utilisera le support de feuilles Excel plus ou moins fiables et non synchronisées. Il sera supporté par une plateforme unique.

- La comptabilité analytique prévisionnelle sera établie en même temps que le budget, la mesure du réalisé devra suivre le même rythme que le reporting mensuel.

La mise en oeuvre de ces principes dans deux établissements de soin a connu de très nombreuses difficultés, dont les plus intéressantes furent les suivantes :

- Les GHM ne sont pas familiers aux praticiens. De plus leur contenu en diagnostic, en séjour et acte en varie d’un patient à l’autre. Ce sont plus des résultats d’algorithmes que des produits au contenu défini.

- Les parcours hospitaliers sont variables d’un patient à l’autre.

- Les consommables ne sont pas affectables directement à un GHM ou à un patient.

- Le calcul du cout d’un GHM suppose que l’équipe soignante s’engage sur des ratios de consommables et de productivité.

Le modèle budgétaire est finalisé. Mais les changements de comportement que son utilisation suppose restent encore à évaluer. Quelques concepts nouveaux sont apparus, ils devront être explicités et partagés.

Par contre, les gisements de progrès en termes d’amélioration de recrutement, de gain de productivité et de contrôle des dépenses sont très prometteurs. La maitrise des flux financiers est largement facilitée par ce type d’outil.

Tous ces points feront l’objet d’articles ultérieurs dans Finances Hospitalières. Ils ont étés présentés lors d’une journée le 8 février 2012.

Laisser un commentaire